En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'installation de cookies sur votre terminal. Plus d'informations sur les cookies

 **     **.

<Calendrier>
Novembre 2017
UNC
Président : Mr André MIRBEAU  TEL  05 49 02 70 69
 
Extrait de "OYRE MON PAYS! par Joseph BONNEAULT":1932
 
Inauguration du monument
       Dimanche 4 janvier 1925, la commune d'Oyré a    inauguré le monument édifié à la mémoire de ses enfants  tombés au champ d'Honneur.
       Assistaient à la réunion: M Raoul PÉRET,ancien  Président de la chambre des Députés; M. DUPLANTIER,  Sénateur; MM de MONTJOU et TRANCHANT, Députés;  M.GUILHERMET,Sous-Préfet; M POURET, Conseiller Géneral;  M DUVEAU, Conseiller d'Arrondissement.
       Après la messe à la mémoire des Soldats d'Oyré, M.  l'abbé CHOLLET, Curé des Ormes, ancien poilu, parle en  termes vibrants du Sacrifice des Soldats de la Grande  Guerre.
      Puis entouré de la foule recueillie, M.GUÉRINEAU, Curé  de Oyré, bénit le monument.
      A onze heures, le cortège officiel réuni à la Mairie, se  rendit au Monument précédé du Drapeau porté par M.  François DEMONPION, mitilé.
      Au milieu de tous les habitants de la commune recueillis et assemblés autour du monument, M. Augustin FURGE, ancien combatant mutilé, procéda à l'appel des  Enfants de Oyré tombés au Champ d'Honneur.
      M.Joseph BONNEAULT, Maire, prit alors la parole.
      Aprés avoir remercié les parlementaires et M. le Sous-Préfet de leur présence, il présenta les excuses de M. François ALBERT, ministre de l'Instruction publique;
de M.POULLE, Sénateur; de MM. BORET et HULIN, députés.
      Il s'exprime en ces termes:
MESDAMES, MESSIEURS, MES CHERS ENFANTS
Parlant des Soldats de la Grande Guerre, un écrivain a dit:"Ce n'est pas la Tombe qui sépare les vivants des morts, c'est l'oubli..."  L'oubli ! nous ne voulons pas le connaître, nous voulons faire nôtre au contraire la belle devise de nos vétérans de 1870...  Oublier?... Jamais! Nous ne voulons pas, nous qui avons survécu à l'effroyable cataclysme qui a ensanglanté l'Europe entière pendant prés de cinq ans, oublier nos chers camarades, tombés au hasrd de bataille. Nous ne voulons pas qu'ils soient morts pour nous. Nous ne voulons pas que le sacrifice suprême qu'ils ont librement consenti pour notre liberté du monde, puisse nous priver à tout jamais de leur présence au milieu de nous, et c'est pour perpétuer leur mémoire que nous avons élevé ici ce modeste monument, mais la modestie n'est elle pas l'apanage des héros, qui redira encore et toujours aux générations futures que Oyré a fait son devoir, tous son devoir. La liste trop longue, hélas ! de ses Absents est gravée là sur ce monument de douleur pour en témoigner.
      Absents ! oui ils le sont tous en apparence, mais leur absence même nous est un précieux enseignement. Elle nous force à revivre constament les moments tragiques ou, pour la défense de la Liberté, l'Egalité de tous était réalisée dans la Fraternité des larmes.
      Liberté, Egalité, Fraternité, quoi de plus beau en effet que notre Idéal français, pour lequel le monde entier est venu se grouper sous nos Drapeaux? Et n'est-ce pas la réalisation de cet idéal dans l'Union qui nous a permis d'abattre la force brutale et toute matérielle de nos ennemis ? 
      C'est bien là ce qu'ils nous enseignent tous nos chers absents: avoir un idéal fait à l'instar du leur, de justice et d'honneur et, pour le faire respecter, être toujours forts ! Ils nous enseignent aussi que la force ne saurait exister sans l'union, union sacrée pendant la guerre, réalisée spontanément en présence du danger; union non moins nécessaire maintenant, faite tous les efforts et de toutes les bonnes volontés si nous voulons que la France  continue à tenir dans le monde le rang qui lui est dû et puisse dans le travail fécond de la paix cicatriser les blessures si cruelles reçues pendant la guerre.
      D'autres voix plus éloquentes que la mienne célébreront dans un instant toutes vos vertus, Héros inoubliables,et rediront la dette  infinie de reconnaissance que nous avons tous contractée envers vous.
      Je veux simplement, au nom du Conseil Municipal qui m'entoure, faire aujourd'hui la remise officielle de ce monument à la Commune de Oyré, notre grande famille si cruellement éprouvée.
      Ce Poilu à l'allure toute Française, ce n'est pas le soldat inconnu objet d'un culte sublime, c'est à vos yeux le représentant des 44 camarades dont les noms sont gravés dans nos coeurs.
      Tout à l'heure, à l'appel de chaque nom comme après celui de la Tour d'Auvergne à l'appel journalier de son régiment, les échos de nos villages endeuillés ont répété tour à tour: Mort au Champ d'Honneur. 
      Désormais, ce monument vous appartient, familles au deuil glorieux ! Désormais les orphelins, les épouses et les mères pourront s'arrêter pieusement ici et saluer les restes épars de leurs Vaillants demeurés là-bas dans les champs lointains des horribles batailles. 
      Aux fêtes de ceux qui manquent au foyer, des fleurs seront déposées sur le piédestal où sont gravés tant de noms formant la Garde d'Honneur du cher petit pays vers lequel, à l'heure suprême, le Soldat frappé à mort a tendu dans un dernier effort et ses bras et son coeur.
      Je ne peux pas terminer sans adresser nos remerciements émus à tous ceux qui ont bien voulu nous prêter leur concours ainsi qu'aux élus de notre région, et à M. le Sous Préfet, réprésentant parmi nous le Gouvernement de la République.
      Et vous mes chers camarades, artisans valeureux de la Victoire, dormez en paix, l'oubli n'aura aucune prise sur notre affection, nous nous efforcerons de faire respecter dans la plus parfaite union les idées généreuses pour lesquelles vous avez fait le sacrifice de notre vie.
      Dormez en paix...Nos trois couleurs, fièrement, s'inclinent sur vos tombeaux.
      

    Comptez sur nous.....La France veille !

     
Les enfants des brillantes écoles de Oyré, dirigées avec tant de maîtrise par M. et Mme DERVEAU entonnèrent aussitôt un superbe hymne inédit "Dormez, la France veille !" composé dans les tranchées par le segent Antoine DUJARDIN, mon cousin germain natif  de Forgès (Corrèze), tombé lui aussi quelques jours aprés au Champ d'Honneur.
      En qualité d'ainée des pupilles de Oyré et aux noms de ses camarades, Mlle Emilienne TOUZALIN demanda aux autorités présentes de continuer à soutenir les droits sacrés des pupilles de la Nation.
      Puis M. GUILHERMET, notre distingué sous-préfet, prit la parole; en thermes aussi éloquents  qu'émouvants il glorifia les morts de la Grande Guerre et rendit un juste hommage à ceux de Oyré.
      M. POURET, Conseiller général dans une magnifique improvisation et d'une voix timbrée d'émotion, remua les coeurs de tous les assistants en évoquant le souvenir des glorieux enfants de Oyré .
      M.DE MONTJOU, député, aprés avoir rappelé les durs moments de la guerre, souhaite que l'union sacrée sorties des tranchées, continue à régner.
      M.DUPLANTIER, sénateur, dont l'éloquence est connue, en une vibrante improvisation, évoquant les grandes lignes de la guerre et le sacrifice consenti par les français, fit appel à l'union et demanda à tous de conserver immuable le souvenir de nos glorieux morts.
      M. Raoul PÉRET, ancien Président de la Chambre des Députés, tint, en termes émouvants, à glorifier les enfants de Oyré tombés pour la France.
      Les petites pupilles de Oyré terminèrent la cérémonie en déposant de magnifiques   gerbes de fleurs autour du monument, un des plus beaux de la région.
      Puis une grande partie de l'assistance se rendit au réputé Hôtel Carré ou la Municipalité avait organisé un banquet.
      Autour de M.PÉRET, présidant le Banquet, on remarquait MM GUILHERMET, sou-préfet; TRANCHANT et DE MONTJOU,députés; M. DUPLANTIER, sénarteur; M. BONNEAULT, Maire M. RATTÉ,adjoint; MM. MILLET, BARDON, PETIT, VERNA, ROUSSELIÈRE, VARIGAULT et DENIS,conseillers, et de nombreux maires et personnalités de la région.
      A l'issue du banquet, M. BONNEAULT, maire, parlant au nom du Conseil remercia M. le sous-préfet, MM.les parlementaires et les invités d'être venus, si nombreux, apporter leu hommage ému à la population d'Oyré si éprouvée.
      M.GUILHERMET, sous préfet, dit qu'il  ne pourrait laisser passer cette inoubliable journée sans féliciter M. le Maire pour son esprit d'action et son dévouement à la Comunne dont le développement est de plus en plus florissant.
      M.TRANCHANT, au nom des ses Collègues prononça un grand discours.
      Aprés avoir rendu hommage au sacrifice de Oyré pendant la guerre, il parla en termes documentés de la situation compliquée laissée par la guerre et des solutions éventuelles à apporter aux grands problèmes qui se posent. 
      Il termina en adressant ses félicitations à M. Alfred TOUZALIN, maçon à Oyré, qui avait exécuté le beau Monument conçu par M.le Maire et le Conseil Municipal sur les indications des parents des soldats tombés pour Mère Patrie.
      Oyré conservera dans ses archives le souvenir de cette grande et inoubliable journée.
**********
Commune de  Oyré
 

LISTE DES SOLDATS MORTS POUR LA FRANCE

                        1914 

                        1916
GABILLAS           Alfred         ADHUMEAU     Emilien
GARNAULT           Henri         TOUZALIN Camille
GRAFFEUIL-MOLL           Louis         ANTOINE Georges
MARCHELIDON           Edmond         MORON René
MOREAU           Jules         MORON Angel
MONTAS           Henri         MEUNIER Eugène
NOEL           Sadi         MORICET Julien
RIVIERE           Constant         RIVAULT Henri
SIMON           Emile         SOURIAULT Joseph
TERASSIN           Eugène         TOUZALIN Edouard
LAMBERT           Louis         CHABOT Henri
CROCHU           Emile
JOLLY           Baptiste
     

 

1917

                      1915          AMIRAULT Léopold
         FLEURANDEAU Firmin

         FAYET

Georges

TOUSSAINT           Raoul          ROULET Henri
BROUARD           Mesmin
JAHAN            Aristide

                   

 

LEBEAU           Marcel
MILLET           Clément
TOURET           Camille
VIOLLEAU           Elie
VIOLLEAU           Fernand
        
       

                      1918

BARREAULT Emile
           GAUHAROU Emilien
           MATHURIER Léon
GATINEAU Amédée
         BEAUVAIS Emile
RIBREAULT Albert
RATTE  Roger
DURAND Henri
BRIAND Camille
 

1939..........1945

                                                       

                                                       MARCOU Pierre

                                     CHATREFOUX Marcel

                                     MILLERET Edouard

                                     HENAULT François

                                     DAUXERRE Emile

                                     LAMBERT Moïse

                                     CONGOURDEAU Emilien 

11,rte de St Sauveur

BP 30030

86 220 OYRÉ Cedex

Tél : 05 49 02 60 18
Fax : 05 49 02 71 72
Email : oyre@departement86.fr

37692 visites
Accueil
Mairie
Vie locale
Economie
Tourisme
Vie associative
Actualités . Conseil municipal . Infos diverses . Infos pratiques
Agence postale . Bibliothèque . Cantine municipale . Ecoles . Garderie municipale
Commerces . Entreprises
Histoire locale . Hébergement & restauration
ACCA . Assocation des parents d’élèves . Comité des fêtes . Elan Sportif Oyré
La couture. Les anciens combattants . Les donneurs de sang
Administration - Accueil - Plan du site
a3w.fr © 2017 - Informations légales - www.mairie-oyre.fr